Doctrine

Page de formation politique à destination des militants nationalistes français, afin de savoir ce que nous sommes, ce que nous avons à défendre et quelles sont les solutions proposés aux problèmes de sociétés.

 Liste des extraits d’articles :

1) Citations tirés de Doctrines du nationalisme.
2) Résumé d’articles des Cercles nationalistes français.
3) Quelques liens de l’association Les amis de Pierre Sidos.
4) Mes exposés de doctrinaire en vidéo

*
* *

 Doctrines_du_nationalisme le-nationalisme-francais-philippe-ploncard-d-assac

1) Citations de scriptoblog tirés de Doctrines du nationalisme :

I – Edouard Drumont (1844-1917) et la fin d’un monde.

« Le cadavre social continue à marcher sans qu’on s’aperçoive qu’il est cadavre, jusqu’au jour où le plus léger heurt brise cette survivance factice et montre la cendre au lieu du sang » (La fin d’un monde).

« Toute idée nouvelle ne prévaut que par l’injustice des ennemis, la persécution, la calomnie s’acharnant après vous. C’est là une loi sociale qui n’a jamais eu d’exception » (La Libre Parole).

« Sont morts les bâtisseurs, mais le temple est bâti » (Drumont citant Frédéric Mistral).

II – Maurice Barrès (1862-1923) ou le déterminisme nationaliste.

« Vous préféreriez que les faits de l’hérédité n’existassent pas, que le sang des hommes et le sol du pays n’agissent point, que les espèces s’accordassent et que les frontières disparussent. Que valent vos préférences contre les nécessités? » (à propos du caractère nécessaire du nationalisme, dans Scènes et doctrines du nationalisme).

« On ne fait pas l’union sur des idées, tant qu’elles demeurent des raisonnements, il faut qu’elles soient doublées de leur force sentimentale » (Scènes et doctrines du nationalisme).

« L’intelligence, quelle très petite chose à la surface de nous-mêmes! Profondément nous sommes des êtres affectifs » (L’appel au soldat, tome 1).

III – Paul Bourget (1852-1935) ou le traditionalisme par positivisme.

« La pensée des maîtres porte la responsabilité des actions des disciples » (Le Disciple).

« La régression des sociétés les plus comblées est toujours possible. La civilisation doit être considérée comme une ruine sans cesse réparée » (Quelques témoignages).

IV – Charles Maurras (1868-1952) ou le nationalisme intégral.

« La société n’est pas une association volontaire : c’est un agrégat naturel » (Mes idées politiques).

« La Nation passe avant tous les groupes de la nation. La défense du tout s’impose aux parties » (Aspects de la France).

Une communauté ne subsiste que « tant que parmi ses membres les causes d’amitié et d’union restent supérieures aux causes d’inimitié et de division » (Mes idées politiques).

V – Philippe Pétain (1856-1951), Maréchal de France, ou la régence du nationalisme.

« Professer le nationalisme et prétendre rester individualiste est une contradiction insoutenable » (« Revue universelle », 1er janvier 1941).

« L’individualisme reçoit tout de la société et ne lui rend rien. Il joue vis-à-vis d’elle un rôle de parasite » (« Revue universelle », 1er janvier 1941).

« Sans honneur et sans esprit de communauté, il n’est plus rien qui endigue les évasions individuelles. Tout s’effrite. On croit pouvoir se sauver seul, et l’on périt avec les autres » (Le Petit Parisien, 3 juin 1943).

*
* *

petain_groupe.1290965637 photo

2) Articles de doctrine des Cercles nationalistes français

Réunion des articles : introduction, origines, genèse, définition, et analyses ; avec quelques textes complets.


I – L’introduction :

Le terme nationalisme est souvent mal interprété, soit par méconnaissance de ce qu’il représente, soit pour le diaboliser en l’amalgamant avec d’autres concepts qui n’ont rien à voir avec le nationalisme français.

Il est aussi souvent confondu avec le patriotisme ou donné à des revendications séparatistes.

Si l’on veut se comprendre, savoir de quoi l’on parle, sans que chacun donne un sens différent au risque de tomber dans un babélisme, il faut remonter aux origines historiques du nationalisme français.

Seule l’autorité de son origine historique peut trancher entre les différentes interprétations.

II – Les origines de la France :

La France ne naît pas « en 1789 » comme l’affirmaient naguère MM. Robert Badinter en 1995 et Henry de Lesquen, président du très gaulliste, libéral, maçonnique et républicain Club de l’Horloge.

Ce que MM Badinter et Lesquen définissent là, n’est plus la France, construction historique façonnée par les générations passées, mais une construction idéologique abstraite qui nie l’héritage légué et tend à le détruire.

Le vicomte républicain…, Henry de Lesquen, «l’idiot utile» du sarkozisme au micro de Radio Courtoisie, l’ «opium des nationaux»

Si on peut le comprendre de la part du néo-français Badinter dont la communauté a été émancipée par la Révolution, cela se comprend moins de la part d’un descendant d’une aristocratie créée pour services rendus au Roi et au royaume, pas à la Révolution.

La France n’est pas née non plus comme le voudrait une certaine Nouvelle Droite athée, ésotérico-gnostique, néo ou paléopaïenne, dans les chênes sous la faucille des druides cueillant le gui, ni d’une prétendue civilisation hyperboréenne, qui n’a jamais existé, pas plus que d’un mythique dieu Thor.

Qu’est-ce donc que la France ?

Il ne s’agit pas de l’inventer, mais d’en découvrir l’essence au travers des évènements qui l’ont façonnée.

La France, la plus ancienne nation politiquement constituée, naît en 496 avec le baptême de Clovis par St. Rémi en la cathédrale de Reims.

Nouveau Constantin, «brûlant ce qu’il avait adoré, et adorant ce qu’il avait brûlé», grâce à l’influence de sa femme Clotilde, son royaume devient le protecteur du catholicisme.

Son rôle dans l’extirpation de l’arianisme, hérésie diffusée par le moine Arius, qui infestait jusqu’ aux plus hautes sphères de l’Église, en est le meilleur exemple.

De ce fait, la France devient La Fille Aînée de l’Église, le nouvel Israël du Nouveau Testament, de la Nouvelle Alliance.

Ainsi se réalise l’alliance entre un dessein politique et un plan divin qui commence avec la promesse de Tolbiac, se concrétise par le baptême de Clovis, se perpétuera par le sacre des rois de France à Reims et sera confirmé par la consécration de la France à la Vierge Marie le 10 février 1638, par le roi Louis XIII.

 Telle est la mission divine de la France monarchique qui la protégera tant que les successeurs de Clovis y resteront fidèles.

C’est du fait de son rôle en tant que Fille Aînée de l’Église, qu’il faut voir et comprendre la Révolution dite française.

Elle eut pour but de détruire la monarchie de droit divin, car elle était l’obstacle à l’utopique République Universelle, prônée par les instigateurs judéo-maçonniques de la Révolution.

Le mondialisme actuel en est la tentative d’aboutissement.

Pour compléter : III – La genèse. IV – La définition. V – Analyse et critique.

*
* *

 pierre-sidos-tableau Florian - Catholique (16)

3) Quelques liens de l’association Les amis de Pierre Sidos :

Rétablir la France :

La France est un État national constitué dans l’universalité du genre humain.

La France c’est un peuple de souche européenne.

la France est un territoire, un visage, un drapeau.

La France est la plus européenne des nations d’Europe.

Le seul danger est de s’imaginer que la France n’a plus d’avenir.

Il ne peut y avoir d’accommodement entre la France et l’Anti-France.

Un ensemble de connaissances observées depuis l’origine de l’espèce humaine.

Uniquement la liste des textes de Pierre Sidos

« Les maîtres du nationalisme » : Robert Blanc pour les Études nationalistes, publié en mars 2008.

*
* *

4) Mes exposés de doctrinaire en vidéo :

Le nationalisme français et ses doctrinaires :

Le nationalisme avec Philippe Ploncard d’Assac :

Publicités

2 réflexions sur “Doctrine

  1. Nous combattons le satanisme et ses séides FM…
    Nous luttons pour que notre pays redevienne ce qu’il fut pendant de nombreux siècles : LE phare de la civilisation.
    En ce moment nous sommes menacé d’une invasion musulmane, nous devons y faire face.
    S’il y a du génie français, n’oublions pas le génie européen : Dante, Cervantès, Shakespeare, Bach, Bohr, ….
    N’oublions pas non plus ces petits bouts de France que sont les territoires ultra-marins.
    Je vis ds le pacifique-sud et j’y fait vivre la parole de la « vieille » France, avec succès.

    • je suis d’accord avec vous regardez comme on se fait tous prendre !!! il faut qu’on se réveille et vite les français on a une histoire digne de ce ne nom !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s